Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Underground : entre Anticipation et Réalité

Patisserie, Société et Antipsychotique (7)

19 Mars 2015 , Rédigé par Julien L. Dent Publié dans #nouvelle

7) Lisbonne mai 2025

Jorgi dut faire deux arrêts livraison sur le chemin avant de laisser Héléna monter devant à côté de lui. Il prends les artères larges et encombrées de Lisbonne, un vieux truc pour se fondre dans la masse. « alors jeune fille des soucies ? » « des trucs avec l'Association ... » « ah … tu peux me mettre au jus au cas ou ça pète autour de nous ? » « pas vraiment Jorgi … quand on sera à l'abri je te dirai ok ? » « ça va j'ai compris, petite cachottière t'as pas changée toi hein ? ». Jorgi … pâtissier avant, pendant et après, malgré ses quatre bras et ses 2m20 il a quand même trouvé du taf dans la meilleure pâtisserie de tout Lisbonne. Ses petits gâteaux doivent toujours être un régal... « on est bientôt arrivé » cette phrase coupe la rêverie d'Héléna, ce ton elle le reconnaît, peut être un problème, Jorgi est très (trop) prudent, c'est son grand défaut. La camionnette stoppe sur un petit parking désert en cette heure matinale, au fond un hangar ceint d'un grillage renforcé, de l'autre côté du parking une grappe de petites échoppes semi-légales, une odeur d'ordures fraîches flotte dans l'air... les bas-quartiers ou tous les « troisièmes » vivent. Le monde d’après certains se divise en trois catégories : les normaux avec femme, enfant, travail, maison connectée, vie connectée, frigo et bouffe connectée, les « trans » ou « supp » eux c'est leur corps, leur âme qui est connectée, et les autres, les troisièmes, ceux qui ont peu ou rien et qui ne sont pas connectés. Contrairement aux apparences ce sont des secteurs assez tranquilles, rien à voler ou presque, les deux tiers des gens sont bourrés ou shootés toutes la journée, mais il y règne une certaine solidarité, une entraide que l'on ne voyait que dans les campagnes ou les petits villages au siècle dernier, mais l'odeur est atroce dans ce coin ! Jorgi s'avance vers le hangar suivi d'Héléna, il s’arrête à cinq mètres de la clôture et intime l'ordre à Héléna de faire de même, il se baisse et joue avec un fil de détente placé devant lui « Esteban est rentré, bon Héléna tu reste muette et derrière moi ok ? » « d’ac ». Jorgi lève les quatre mains en l'air et avance en évitant le premier fil de détente puis un deuxième un peu plus loin, Héléna fait de même. Arrivé devant le portail, Jorgi tire de sa veste à une vitesse escargotique un sachet plastique et le lève au dessus de sa tête « j'ai ta clozapine Esteban ! Tu peux venir nous ouvrir ! Elle est avec moi c'est une amie ! » la porte du hangar s'ouvre et un petit bonhomme maigrichon en sort avec un fusil à pompe canon long braqué sur Jorgi. « qui me dit que c'est toi Jorgi ? Ça peut être une illusion de l'autre enfoiré ! Prouve moi que c'est toi ! » « ok … dans ma recette de génoise au chocolat je met de la cannelle, du gingembre et du poivre avec le cacao, je t'en amènerai la prochaine fois, c'est bon ? » « ouais … ça ira, c'est qui elle ? » « c'est une amie elle a besoin de se reposer un peu … une journée ou deux … si ça te va ? » « ouais … ok ça me va, mais à la moindre entourloupe gaffe ! ». Esteban ouvre la grille et fait rentrer Jorgi et Héléna, il referme grille et porte à la vitesse de l'éclair non sans avoir vérifié derrière qu'il n'y avait personne dehors. « y a une douche au fond si tu veux te rafraîchir, ton visage a bien dégonflé depuis tout à l'heure, merci la régén ! » « merci Jorgi, je vais en prendre une et je t'explique d'accord ? » « ok jeune fille, bon Esteban vient avec moi que je te donne tes médocs, au fait depuis quand t'es rentré » « euh je sais pas … tu va aller le répéter si je te le dit ! Et puis j'étais pas parti d'abord » « ah si puisque ... » Héléna ne les écoute plus et se dirige vers le fond du hangar, là le bureau du contremaître réaménagé en petit appartement avec tout le petit confort douche incluse. L'eau chaude lave les stigmates de la nuit et donne un peu d’énergie à Héléna, ses bleus s'estompe peu à peu, son visage est marqué par la fatigue et la faim. Bon reprenons … comment ils l'ont repéré ? À part d'avoir placer sur elle un mouchard, il n'y a qu'une seule autre possibilité … Lucius ! Non, c'est impossible il a trop de haine, trop de rancœur envers le système, alors qui ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article