Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Underground : entre Anticipation et Réalité

L'Ascension de Weyland (5bis)

14 Mars 2015 , Rédigé par Julien L. Dent Publié dans #nouvelle

5bis) Atlantique sud ? mai 2025

Griffith est allongé sur le divan du bureau de la secrétaire, son costume se froisse doucement au contact du cuir délicat et hors de prix du divan. Une revue publicitaire lui cache les yeux de cette lumière aveuglante qui jaillie dans le bureau à cette heure de la journée. Griffith attend, pas que ça le gêne, mais il aurai voulu profité encore un peu de ses congés. Ses pensées vont vers une grande bière bien fraîche, un bon repas à l'ombre de son bungalow des Bermudes, un peu de pêche, et réparer son vieux rafiot, mais le boulot n'attend pas … les hauts-parleurs intérieurs annoncent le troisième tir de la journée, « déjà 10h » se dit Griffith, les vitres s'obscurcissent un instant au passage de la fusée montante, le bruit et la lumière en sont à peine perceptibles, la secrétaire n'arrête pas pour autant son travail, comme blasée de cette extraordinaire vision, Griffith s’est redressé et observe la fusée s'élever dans le ciel profondément bleu, le logo « Weyland-Yutani For Better Worlds » orne la fusée de toute part, puis elle s’élève et disparaît. Les vitres retrouvent leur clarté cristalline et Griffith plisse les yeux de gêne. La grande double-porte s'ouvre et un costard en sort en s'inclinant respectueusement, « Griffith-san ? Weyland-sama va vous recevoir » « merci, Hiro-san ». Griffith entre dans le bureau, « Griffith, approchez, j'ai besoin de votre présence à Lisbonne immédiatement, Salisbury est compromis, Crenshaw a merdé, nettoyez tout ! » « bien Monsieur, dispositif de déploiement ? » « une équipe de trois de votre choix, vous partez dans l'heure, nous avons un signalement et le dossier militaire de l'ennemi, Hiro ? » Hiro tend une feuille qu'il effleure, des données commencent à défiler, Griffith la récupère « vous pouvez disposer Griffith » « Merci Monsieur Weyland ». Griffith sort du bureau et descend dans le hall de l'immeuble, il passe par la réception et glisse deux mots au réceptionniste puis prend un ascenseur vers les sous-sols, là il entre dans un complexe de baraquement souterrains. Arrivé devant une porte il entre, à l'intérieur une dizaine de personnes discutent, surfent sur le Rézo, lisent, inspectent leur matériels et armement, jouent aux jeux-vidéos, tous se lèvent à son entrée et saluent, puis attendent au repos. « bon , salut les gars, Rooney, Vermasen et Jablonski préparez vos affaires ! Mission de nettoyage et capture en milieu urbain » suit le « oui chef ! » de trois personnes qui commencent à préparer leur sac. Griffith prend quelques minutes pour lire les premiers éléments en sa possession : Crenshaw … DG … cyber-cerveau piraté …. Salisbury compromis … rien de plus pour le moment, voleur … Happyfrog …. Chacal Noir …. NVF … Underground ! Là ça motive Griffith, enfin une piste sur son petit projet personnel, ça commence très bien ce job. Lui qui pensait devoir repartir sur la lune … là-haut c'est un vrai merdier de toute façon, impossible de savoir qui va l'emporter cette fois, des deux plus grosses boites qui se battent, TWD et AMI, aucune n'a encore réussi à marquer des points, et nous on fait de la défense d'installation contre les deux armées, on sait même pas trop le pourquoi de tout ce bordel ! « prêts chef » « parfait Jablonski, en route ». une fois à l'extérieur, une immense étendue d'eau leur fait face, l'océan atlantique déferle sur les digues ultra-moderne qui protège le site de lancement privé de Weyland-Yutani, une concession de la couronne à ce cher « Lord » Weyland, l'île de l'Ascension ne va pas manquer à Griffith de toute façon, ils prennent un transport électrique de service et se rendent sur les pistes de décollage, là un jet les attend, ils montent à bord, s'installent. « les gars, la mission est simple, on nettoie l'antenne locale de la branche exécutive de La Compagnie ainsi que la sécurité rapprochée, ensuite on retrouve Happyfrog, je vous passe son dossier, il faut l'attraper vivante sinon ce qu'elle a volé sera perdu, dispositif habituel, travail en douceur et en silence, l'alternance est déjà en route pour Lisbonne, nous avons vingt quatre heures dés notre arrivée » « compris, chef ! »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article